>>>Livres animés

** Le Magic Show de Mark Setteducati et Anne Benkowitz (édition Flammarion, 2001).

Truffé de languettes, de rabats et d’ingénieux mécanismes de papier dissimulés, ce livre animé met à portée de page une douzaine de tours de magie. Les auteurs s’amusent à lire dans les pensées du lecteur (le monde à l’envers !) et à troubler sa perception. A la fois complice et public, celui-ci découvre avec délice des jeux de prédiction, le fameux tour de la femme coupée en deux... Quand la magie de la scène se décline en livre.

<img

<img

** Cuisine magique par Abdul Alafrez (dessins par David Chambard), Edition Le Couteau dans la plaie, 1984.

Le magicien Abdul Alafrez a réuni dans ce délicieux opuscule qui fait partie du deuxième volume de la Grande Encyclopédie " Miam-Miam " une quinzaine de recettes magiques, servies avec des peintures signées David Chambard : L’omelette du diable, La banane découpée, Le pain sauteur, la Recette pour devenir nain l’espace d’un instant ¦Pour goûter au style inimitable du narrateur (membre influent de la très discrète Société des Magiciens Gastronomes), rien de tel que lire un extrait de l’ouvrage. A défaut de reproduire L’Oiseau cuit et chantant, une recette pimentée qui risquerait de faire frémir un lecteur trop sensible (mais qui est, de loin, notre préférée !), régalez-vous avec La voyance misanthropique :

« Eddy Swarzt aimait utiliser un stratagème alimentaire qui abusait les plus sceptiques sur l’intelligence de son chien. Il expliquait que pour son délassement personnel il jouait parfois au piquet ou à la belote ou au nestor-retors avec son chien. Pour dissiper l’incrédulité qu’il avait fait naître, Eddy proposait une démonstration : une partie de cartes risquant d’être trop longue, son auditoire convenait généralement de fort bonne grâce que retrouver une carte dans un jeu mélangé constitue déjà un exploit pour un chien. Faisant alors nommer une carte au hasard, il allait chercher un jeu de cartes qui se trouvait dans le placard du haut de la cuisine. Profitant de cet instant de solitude, il cherchait la carte choisie et la frottait sur un morceau de fromage, la remettait au milieu du jeu et retournait sur le théâtre de l’opération. Il donnait alors le jeu à mélanger et le faisait étaler par terre. Eddy prononçait le nom de la carte dans l’oreille de l’animal et lâchait le chien qui se dirigeait bien entendu vers la carte choisie et odoriférante. Il ne lui restait plus qu’à congédier poliment les humains de passage, décidément trop bêtes, pour jouer tranquillement avec son chien.

N.B.

On peut remplacer le chien par un chat.

On peut remplacer le fromage par du saucisson ou par un morceau de viande.

Les humains sont irremplaçables.